Le microbiote intestinal détiendrait le secret de la bonne humeur (par ColonRenove)

Le microbiote intestinal communique avec le cerveau et influerait notamment sur notre santé psychique, selon des études scientifiques.

La santé de notre côlon influe positivement ou négativement sur notre bien-être. En effet, il est scientifiquement prouvé que notre système nerveux central communique étroitement avec nos intestins grâce à un système nerveux entérique composé de plus de 200 millions de neurones. Mieux encore : des études plus poussées ont révélé que le microbiote intestinal, qui remplit des fonctions métaboliques et immunitaires, participe activement à ce « dialogue ». Eclairage !

Quid de l’influence du microbiote intestinal sur le cerveau ?

Le microbiote intestinal influencerait ainsi le fonctionnement cérébral. Cette hypothèse a incité les scientifiques à rechercher un éventuel lien de cause à effet entre le déséquilibre du microbiote intestinal et certains troubles psychiques et maladies neurodégénératives liées au mode de vie moderne, notamment le stress, l’anxiété, la dépression, Parkinson, la maladie d’Alzheimer, mais également l’obésité, le syndrome métabolique, etc. En 2020, la dépression sera le premier responsable de morbidité chez la femme et le second chez l’homme, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les mécanismes ne sont, certes, pas suffisamment compris, mais les scientifiques sont unanimes sur le fait que le microbiote intestinal exerce une certaine influence sur le cerveau en se servant de certaines molécules libérées dans les voies sanguines et nerveuses. Il aurait ainsi un effet modérateur sur la réponse au stress. Des expérimentations sur des souris axéniques, c’est-à-dire dépourvues de microbiote intestinal, ont montré que ces dernières développaient une hypersensibilité au stress avec une recrudescence de la concentration de la corticostérone dans le sang. Cette hormone est responsable du stress, entre autres. Des compléments alimentaires à composants 100% bio-assimilables comme ColonRenove permettent de remettre les compteurs à zéro. D’autres études viennent conforter ces résultats en révélant que les bactéries probiotiques administrées à des rats et des souris atténuent la libération de corticostérone. Des modifications de la composition du microbiote intestinal ont également été constatées chez des rongeurs présentant une conduite que l’on peut qualifier de dépressive.

Qu’en est-il chez l’homme ?

Des scientifiques ont vérifié la présence d’une dysbiose (déséquilibre du microbiote) chez 37 patients présentant un comportement dépressif et ont comparé la composition de leur microbiote à un groupe témoin de 18 individus. Le résultat est sans appel : chez le groupe de personnes dépressives, on a relevé une sous-représentation des Bacteroidetes contre une sur-représentation du genre Alistipes. Récemment, des scientifiques américains ont constaté que les produits laitiers enrichis en probiotiques rendaient les femmes moins attentives à des stimuli émotionnels négatifs. Les résultats de ces recherches laissent entendre que le microbiote intestinal influe sur le comportement et les réactions émotionnelles des humains !